102379152_10160012910688128_6062704547166420992_n

À l’invitation de la Fondation Brownstone, Vincent Chagot, Augustin Décarsin, Nils Lafontan, Thibault Lorgeré, étudiants de la prépa Art 2019-2020 de L’ATELIER DE VRES exposent au 26 rue Saint Gilles à Paris du 19 au 21 juin 2020.

104430901_10160062574653128_6025023274002470205_n

« Élan » est née du désir de quatre étudiants de réaliser une première exposition ensemble, à l’issue d’une année de Prépa Art et avant d’entamer un nouveau cursus dans différentes écoles en France et à l’étranger. Les pièces qu’ils donnent à voir à la Fondation Brownstone ont été réalisées durant l’année scolaire 2019-2020, elles procèdent pour certaines de leurs réponses aux sujets de réflexion soumis par l’équipe pédagogique; pour d’autres, de recherches personnelles. Il faut voir dans ce projet à la fois un aboutissement, mais aussi et surtout, un élan enthousiaste, une dynamique de groupe, une promesse…

FC Prodhon, enseignante à l’Atelier de Sèvres

104685405_10160062574643128_8565256976331647440_n

Vincent Chagot. Né à Melun en 2000

« Mes pièces proposent une réflexion sur le matériau brut, ses caractéristiques propres et symboliques. Elles questionnent des notions physiques et philosophiques telles que : l’espace, le temps, les forces, le signifiant et le signifié… Mes sculptures dans leur aspect radical interrogent non sans ironie mon acte plastique et mon positionnement artistique. ».

Augustin Décarsin. Né à Paris en 1998

« Mon approche de la photographie est essentiellement tournée vers l’humain et questionne les relations qu’il entretient à ce qui l’entoure. La pratique quotidienne de la photographie agit comme un outil de compréhension du monde et me permet d’être plus proche des choses. Nous sommes en permanence submergés par des images… J’essaie de travailler à contre courant de ce « constat » pour laisser aux image que je produis le temps de se dévoiler. ».

Nils Lafontan. Né aux Lilas en 2001

« Je pratique la photographie depuis septembre 2019 et mon travail emprunte différentes directions. Les images mises en scène ainsi que les images nocturnes sont les thèmes récurrents de mes recherches. J’aime construire et organiser les images en jouant avec la lumière, tout comme j’aime mettre en scène les gens que je photographie. L’objectif de ces séries est de créer les conditions d’une narration sans en livrer l’issue pour que le spectateur soit libre de l’imaginer. J’impose une atmosphère qui suggère une intrigue policière.

Thibault Lorgeré. Né à Neuilly sur Seine en 2000

« J’aime parler de ce qui m’entoure, de ce qui constitue mon environnement et les gens qui y vivent. Mon travail a un aspect social, il parle de l’espace et du rapport que les gens entretiennent avec l’intérieur et l’extérieur dans leur environnement quotidien. Je travaille le plus souvent autour de chez moi (Asnières). Lorsque j’aborde un nouveau lieu je tente d’en montrer ma perception, de rendre visible l’atmosphère qui s’en dégage (du moins telle que je la ressens). »